Sélectionner une page

La Technique du Raku

La technique du raku est un procédé de cuisson d’ un grès chamotté.  Les pièces incandescentes peuvent être enfumées, trempées dans l’eau, ou laissées à l’air libre. Elles subissent un choc thermique important, se fissurent de façon aléatoire.

Raku

Elles  expriment sous ces contraintes l’histoire de la terre, du feu et de l’eau.

Cette technique de fabrication fut développée au Japon dans le milieu du XVIe siècle. Le mot raku vient d’un idéogramme gravé sur un sceau d’or qui fut offert en 1598 par Taiko, maître servant de la cérémonie du thé, à Chōjiro. La multitude des paramètres mis en jeu permet d’obtenir des résultats variant à l’infini, ce qui confère à la pièce, entièrement réalisée manuellement, la qualité d’objet unique.

Ce qui a fait dire du Raku :

« Beauté

De l’imperfection,

De l’inachevé,

De l’irrégularité et de l’incomplet. »

Le Raku est synonyme de cuisson basse température, les pièces émaillées sorties d’un four à environ 950 °C sont rapidement recouvertes de sciure de bois compactée afin d’en empêcher la combustion en limitant l’apport d’oxygène au contact de l’émail en fusion. Cette phase est la réaction d’oxydo-réduction au cours de laquelle apparaissent les couleurs plus ou moins métallisées, les craquelures ainsi que l’effet d’enfumage de la terre laissée brute qui forment les principales caractéristiques de ce type de céramique.